//
Vision

Movilab explore l’émergence d’un nouveau paradigme, autour du partage et de la production de biens communs en Open Source, constitutifs d’une alternative à notre modèle de société, aujourd’hui en panne car fondé sur le dogme de la consommation, de la compétition et du « toujours plus ». MoviLab se caractérise aussi par son approche de recherche appliquée, nourri par l’observation des usages et des comportements à travers des expérimentations in vivo sur des sites pilotes.

Le changement de paradigme est déjà en cours !

MoviLab se fonde sur une approche inédite hybridant le libre et durable. Par cela, nous entendons bien plus que la simple addition de deux axes porteurs de gros enjeux pour notre société. En hybridant l’approche visant la durabilité et celle incarnée par l‘Open Source – principes d’abondance, réputation, réutilisation et collaboration, nous cherchons à étudier les conditions de déploiement d’une économie du partage et la viabilité d’une production de biens communs en Open Source1. Celles-ci dessinent en effet un changement de paradigme par rapport au modèle dominant, fondé sur la compétition, la prédation, le toujours plus.

Tout en englobant les avancées actuelles en matière de modes de vie durables, qu’il s’agisse d’innovation en matière de TIC ou de comportements, d’économie de fonctionnalité ou de business models collaboratifs, notre recherche entend explorer cette rupture. En effet, une mutation rapide est déjà en train de se produire par la pratique dans le monde entier et dans tous les domaines, hors de tout cadre institutionnel ou conceptuel. MoviLab entend objectiver ces éléments empiriques dispersés et leur donner une base scientifique robuste, afin d’en tirer les clés et les freins pour envisager un passage à l’échelle.

Des laboratoires de modes de vie durables in vivo

Au croisement de l’innovation technologique, comportementale et territoriale, face au foisonnement de business models émergents, les sujets que nous proposons de couvrir sont volatils2. Dotés de facultés de diffusion « virale », ils évoluent extrêmement vite, ce qui pose le problème épineux de l’obsolescence face à un temps de gestation de la recherche inscrit dans la durée.

Alors que le Web bouleverse la société de la connaissance, l’approche de laboratoires de modes de vie durables in vivo nous semble être la meilleure façon de sortir de cette impasse méthodologique. Il s’agit de documenter en temps réels ces innovations par la base, aujourd’hui foisonnantes et fragmentées, en leur donnant une assise scientifique robuste dans le but de produire des biens communs en Open Source. Seul un aller-retour efficace et permanent entre un empirisme de terrain d’avant-garde et le recul scientifique peut permettre de développer des politiques à plus long terme dans le but recherché.

C’est pourquoi notre recherche s’appuie sur les remontées « en première main » de nos partenaires de terrain, précurseurs dans leur domaine, données que nous nous proposons de qualifier et de mettre en cohérence par un dispositif académique et scientifique inscrit dans la durée, prenant sa source dans l’expérimentation directe in vivo.

1 Cf les travaux du prix Nobel Elinor Ostrom (gouvernance des biens communs), Yochai Benkler (réseaux, collaboration et biens communs) ou Rachel Botsman (consommation collaborative). Cf bibliographie en annexe

2 Voir les nombreux exemples se déployant dans le monde actuellement (FabLabs, AirBnB, montée des creative commons, etc). Comment suivre un tel foisonnement ?

 

Discussion

3 commentaires a “Vision”

  1. Et l’on pourrait ajouter les effets qui pourraient résulter de la généralisation des imprimantes 3D : http://yannickrumpala.wordpress.com/2012/02/02/impression-tridimensionnelle-et-reconfiguration-politique/

    Publié par Y | 7 mars 2012, 21 h 04 min

Trackbacks/Pingbacks

  1. [...] des usages et des comportements à travers des expérimentations in vivo sur des sites pilotes.Via movilab.eu Share this: Intelligence [...]

Post a Comment

page FB

Le groupe Diigo MoviLab